jeudi 26 mars 2009

anecdote de tricot

L'image ci-dessus est censée être la bannière du concours lancé par Knit Spirit. Ne sachant pas mettre une bannière, une seule image semble s'afficher. Ce n'est pas grave pour en savoir plus sur le concours de printamps : c'est . Le principe est de raconter une anecdote drôle sur nous et le tricot. Drôle ? Je ne sais pas si mon anecdote est drôle, en tous cas, elle me fait rire et en plus elle est véridique !

Après Noël, je rentrais donc d'Arcachon vers Lyon. Il était 8h, je savais que je n'arriverais pas chez moi avant 20h et je n'étais pas très enthousiaste. Disons-le, je n'avais franchement aucun envie de communiquer. Alors justement, j'avais prévu un projet tricot pour meubler mes longues heures de voyage. L'avantage du tricot, c'est qu'on peut discuter en tricotant, mais que ça peut aussi nous donner l'excuse d'être replié-e sur soi.

J'étais donc là, tricotant tranquillement, quand ce qu'il advient partout où je vais avec mes aiguilles advint : une dame d'un âge certain se met à me parler. En général, j'aime bien quand le tricot me permet d'échanger avec des tas de gens, dans des tas de pays...Là j'avoue, j'étais plutôt en mode "Laissez-moi tranquille, je quitte mer et mère pour aller dans l'est, je ne suis pas d'humeur !". Mais bon, bien élévée, je lui fait des sourires, je hoche la tête quand il le faut, bref, sans trop m'impliquer, je communique.

Quand soudain, cette dame me raconte que la veille, une autre jeune femme tricotait à côté d'elle et qu'elle avait fini par lui faire son tricot, toute au plaisir de reprendre les aiguilles. Et là, ce qui me fait rire dans cette histoire, c'est que j'ai eu un vrai mouvement de recul et de repli sur mes aiguilles. ça a duré une demi-seconde, mais j'étais prête à défendre mon tricot. En moi-même, j'avais envie de lui crier : "Non, mais ça ne va pas la tête, piquer le tricot d'une pauvre tricoteuse qui n'a rien demandé !?!T'imagines pas me faire ça! Prends plutôt mon porte-monnaie, je dois bien avoir 20 euros et laisse mon tricot..."

Non, mais vraiment, l'insécurité dans les trains de nos jours, si on ne peut même plus se déplacer sans se méfier de toutes les grand-mères en mal de tricot !!!

voilà, moi ça me fait rire. J'ai d'ailleurs ri de suite (après la fameuse demi-seconde), et la grand-mère a dû me prendre pour une folle. Pour le chemin qui nous restait à parcourir ensemble, quelques arrêts, j'ai été bien plus aimable. Mais jamais, jamais, je n'ai quitté mon tricot une seule seconde des yeux...on ne sait jamais.

K&B

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious MySpace Yahoo Google Reddit Mixx LinkedIN FriendFeed Newsvine Flux RSS

Blogger

3 commentaires:

knitspirit.net a dit…

Mdr ! Moi aussi j'aurais défendu mon tricot bec et ongles à ta place ! ^^

Marie Poule a dit…

Ben, si on ne peut même pas tricoter tranquillement dans le train ? où qu'on va ?

TriKoala a dit…

XD
Avant en débutante j'aurais bien passé mon tricot mais maintenant... toujours débutante... jamais je le passerais! :D
Fallait te mettre sur la défensive avec tes pioches pointus!