lundi 13 juin 2011

le défi ultime !

Je n'ai pas donné signe de vie pendant quelques semaines. Etais-je en voyage au bout de la terre ? pour une fois, non. Etais-je blessée à l'épaule et au pied au point de ne pouvoir coudre ? oui, mais j'ai quand même cousu. Avais-je tant de travail que je devais envoyer des mails jusque tard le soir ? Oui, mais je ne l'ai pas fait. Alors quoi ? Alors T m'a lancé un défi. Après le pantalon que je lui avais fait cet été, je fanfaronnais : "dis ce que tu veux et je te le fais". "Ok, m'a t-il dit (candidement, façon le petit prince qui demande un éléphant), fais-moi une veste." "Pardon ?" J'avais bien entendu : une veste ! Lui qui ne porte que des t-shirts et des vestes de sport... J'ai pris ça comme un défi pour dépasser mon niveau de couture. Alors, c'est parti.

Je dois préciser que la demande a été faite en novembre (2010, n'exagérons rien). J'ai aussitôt acheté un bouquin japonais spécialement pour homme. Reçu en décembre. 15 jours plus tard, je finis par comprendre que c'est un bouquin de couture à la surjeteuse.
 Peu me chaut, je vais quand même l'utiliser. 3 semaines plus tard, je me décide à décalquer le patron et là impossible de retrouver le livre. IMPOSSIBLE !!! disparu le livre, envolé le livre. J'ai retourné la maison 20 fois. RIEN. Bon, 6 semaines encore plus tard (nous sommes en mars 2011, ok, j'ai un peu glandé), je vais à Paris et j'achète un autre livre.
 c'est celui-ci que j'ai utilisé
2 semaines plus tard, T choisit le modèle puis le tissu. 2 semaines plus tard, je décalque le patron. Je prends grave peur devant le nombre de pièces. Je me dis que je dois bien réfléchir avant de commencer. et encore je ne vous dis pas la galère pour choisir la taille. 1 mois plus tard, je coupe le tissu. J'ai toujours aussi peur. Je pense que je dois attendre un peu avant de me lancer. 2 semaines plus tard, je me dis que bon, là faut y aller ma fille, sinon c'est foutu. Début juin, je commence et... bonjour la galère (d'où mon absence bloguesque).

Au début tout allait bien. J'assemble mes pièces. Les explications sont données par des photos. Il manque quelques étapes, mais ça va. Une belle technique de finition que l'on fait au fur et à mesure est expliquée. Je suis tout à la lettre. J'en suis à l'étape 8 sur 16 et je gère.
juste pour vous montrer les belles finitions à l'intérieur 
et à l'extérieur (bon, on ne voit pas bien, mais c'est beau !)

à l'étape 8, rien ne va plus. Il faut monter le col, je n'y arrive pas, je fais, défais, refais, redéfais, rerefais, reredéfais, envisage de divorcer, refais encore une fois, attend un peu de me calmer, refais, je t'en foutrais des défis, et finalement, je découvre une pièce complètement oubliée qui résout mon problème. OUF. En vérité, si je lisais le japonais, je n'aurais pas eu toutes ces difficultés, mais avec simplement les photos certaines étapes manquent de clarté. En plus, comme je n'ai pas de veste à la maison, je n'avais pas de modèle à regarder pour essayer de comprendre le système. Une fois le col assemblé (enfin !), impossible de le coudre. J'ai fini par bidouiller un truc. ça passe mais ce n'est pas orthodoxe.
Les manches après ça, c'était de la rigolade. Tiens, j'en rigole encore. Pour que tout soit bien beau, le bouquin conseille même de mettre un biais dans la manche pour une finition nickel. Et je l'ai fait. Défi relevé jusqu'au bout du bout.

Alors aujourd'hui, huit mois après le passage de la commande, j'ai pu offrir à T la veste demandée. Comme vous pouvez le voir, elle lui va. Va-t-il la mettre ? ça c'est une autre histoire.
 de dos. Un peu grand au niveau des épaules...
 de face : 3 poches (2 grandes et 1 petite)

 De face encore, notez les pinces de chaque côté
avec le col replié ( ce qui n'arrivera jamais, je le pressens. Tout ça pour ça. 
La prochaine fois, je te colle du col mao vite fait, bien fait !)
Pour conclure, j'ose à peine lui demander ce qu'il voudrait la prochaine fois. Allez, si, j'ose en direct live. "Dis, T, tu voudrais quoi la prochaine fois ?" "ben, je sais pas". (réponse véridique). Ben, oui, la veste, c'était le défi ultime. Alors maintenant, dur, dur de me trouver des challenges. Mais c'est parfait ! continue comme ça, ça me va très bien. En vrai, je reste volontairement silencieuse pour ne pas lui rappeler que je lui dois toujours des chaussettes promises il y a 2 ans. chut...

K&b

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious MySpace Yahoo Google Reddit Mixx LinkedIN FriendFeed Newsvine Flux RSS

Blogger

9 commentaires:

3ptitspoints a dit…

bravo ! je te félicite pour le résultat, je n'aurai jamais le courage de m'embarquer dans une confection pareille. 3ptitspoints

Kandb a dit…

Merci @3ptitspoints : merci beaucoup ! Honnêtement, je n'avais pas beaucoup le courage, d'où les 8 mois pour arriver au bout. Mais quelle fierté à la fin !

virginie P2L a dit…

Quel travail !!! le résultat est canon ;)

Kandb a dit…

@VirginieP2L : merci !!! c'est vrai que ça demande plus de travail qu'une robe. ça me donne même envie de faire plein de robes pour compenser...

Marie Poule a dit…

Tu n'as peur de rien, toi !

monbouton a dit…

waouh quel travail !! Je me suis bien reconnue dans le processus long et douloureux qui mène devant la machine à coudre.. Pour l'instant je reste silencieuse quant aux offres à mon cher et tendre, ça vaut mieux pour moi !
encore félicitations !

Kandb a dit…

@mp : mais si j'ai peur. C'est justement pour ça qu'il m'a fallut 8 mois. C'est long 8 mois !

@monbouton: merci !!!! Parfois je me dis que je devrais rester silencieuse. Mais c'est plus fort que moi faut que je me trouve des défis. Le prochain : pourquoi pas une chemise...

violette a dit…

quel boulot, bravo! Je me garderai bien de faire une telle proposition à mon homme, il serait bien capable d'être aussi sadique que le tien ;)!

Kandb a dit…

@Violette : Merci !!! C'est vrai qu'il est sadique ! Pour me rassurer je me dis qu'il me pousse à aller au delà de mes limites (hum hum).